Non classé

rentrée académique 2019 – 2020

C’est après que M. le Recteur ait célébré la messe de rentrée académique et que les professeurs du séminaire aient renouvelé le serment antimoderniste que M. l’abbé Raffray, préfet des études, a présenté et explicité aux séminaristes lors d’une conférence inaugurale de l’année académique, le thème choisi comme référence pour les travaux de cette année : la bioéthique. En raison des actualités, en particulier des projets de loi permettant demain la PMA, et bientôt la GPA, il est indispensable que les futurs prêtres étudient les enjeux de ces questions. Cette année, les travaux personnels des séminaristes seront donc centrés autour de la question de la vie et de ses conséquences : non seulement dans ses aspects politiques et culturels, mais aussi, de façon plus fondamentale, dans ses aspects philosophiques et même théologiques.

Lors des désormais traditionnelles « journées d’études » ayant lieu au séminaire, en février pour les étudiants en philosophie et en juin pour les étudiants en théologie, chaque séminariste devra donc présenter son travail annuel autour de ce sujet. Parmi les suggestions évoquées : « La vie divine », « La notion de Dieu vivant dans la Sainte Ecriture », les questions morales liées à la « fin de vie » ou à la sexualité, « Les enjeux éducatifs de l’immoralité actuelle », ou encore « Qu’est-ce qu’être vivant ? »… autant de sujets passionnants qui permettront à l’ensemble de la communauté d’aborder ces questions fondamentales.

L’abbé Raffray a ensuite poursuivi sa conférence sur un thème plutôt original : « Saint Thomas d’Aquin et les robots ». Dans son exposé, il a montré comment la philosophie et la théologie de saint Thomas d’Aquin peuvent donner de véritables pistes de réflexion pour aborder des questions aussi contemporaines que l’Intelligence Artificielle ou le Transhumanisme. Suivant le raisonnement du conférencier, nous nous sommes ainsi demandé si une machine peut penser, si un ordinateur peut apprendre, ou encore ce qui constitue la différence entre un capteur vidéo et la vision humaine, ou entre un thermomètre accroché au mur et la sensation de chaleur ressentie au cours de l’été…

Partager