© Copyright 2016

OH ! QUELLE BELLE JOURNEE !

OH ! QUELLE BELLE JOURNEE ! 
 
  Nous sommes le 2 février 2016 : le séminaire est en fête ! Treize nouveaux séminaristes, s’apprêtent à revêtir la soutane et recevoir la cléricature. C’est traditionnel. M. l’abbé Philippe Laguérie, Supérieur général, est l’officiant assisté de deux prêtres italiens : M. l’abbé Lenzi, membre de l’Institut du Bon Pasteur et Don Cristiano, son ami.

  Cette journée fut précédée d’une belle retraite de 3 jours qui s’est déroulée au Monastère de Randol. Les moines nous ont particulièrement bien reçus. J’aime beaucoup ce monastère pour son cadre de vie et son chant grégorien. C’est du reste la 3ème année que nous y allons. J’ai pu parler aux séminaristes de la Charité du Christ à la lumière de saint Bernard et du cardinal de Bérulle. De retour au séminaire, tous se sont mis à préparer la cérémonie du lendemain et à vaquer au bon ordre de la maison.

  Le 2 février, à 9h30 les cloches sonnent : les séminaristes en procession entrent dans l’église, au chant du Cantate Domino. Succède la bénédiction des cierges de la Chandeleur, leur  distribution auprès des fidèles et la procession dans les allées du séminaire – il n’y avait pas de soleil ni de pluie non plus –, et au retour les nouveaux séminaristes ont quitté l’église pour revêtir la soutane. Cet instant est toujours l’occasion de chants polyphoniques, la chorale du séminaire entonne le Tota pulchra es de Campra et l’orgue fait entendre sa belle sonorité.

  Arrive enfin le moment le plus émouvant pour les familles et les mamans qui voient pour la première fois, avec quelques larmes dans le regard, leur fils revêtu du saint habit. Les soutanes sont bénites ainsi que les surplis, puis nous avons la joie d’entendre une belle homélie par le Supérieur général sur l’amour de Dieu et l’amour fraternel. L’unité des cœurs se fait par de tels enseignements.

  Alors, le chant du Credo résonne suivi de l’Offertoire grégorien, du Canon romain avant la Consécration, le beau chant polyphonique Verbum caro de Roland de Lassus1. Puis c’est la communion avec le très bel Ave Maria de Martini. J’étais fier de contempler ces nouveaux clercs – ce qui n’enlevait pas les soucis de la gestion quotidienne du séminaire, bien au contraire : il faut les nourrir, les loger, les chauffer, veiller à leur assurance sociale… Depuis le lancement du séminaire, nous sommes en mesure de connaître le coût d’un séminariste : € 22 par jour, soit 5.260 euros par an. Lorsqu’il vous arrive des difficultés imprévues comme celle qui nous est arrivée dernièrement : le remplacement intégral de la chaudière pour la bagatelle de 43.000 €, vous imaginez sans peine les soucis que cela peut représenter. Et pourtant, on ne peut baisser les bras, le sacerdoce, vous le savez, est indispensable à la restauration de la chrétienté. Comment « restaurer toutes choses dans le Christ », sans le sacerdoce ?

  Enfin, pour remercier les familles et prêtres amis présents, un excellent déjeuner fut servi suivi d’un café. Les convives ensuite se sont divertis par différents jeux de société dans une joie familiale évidente ! 
  Et la journée se termine par le chant des Vêpres à 18h50.
  Avec mes amitiés et l’assurance de mes prières.
  Abbé Paul Aulagnier  Recteur
Les articles précedents :